• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Twitter
  • Vine
  • 10 janvier 2013

    Le vide d'après

    Une photo,
        un visage,
             un sourire                                      Quelques mots échangés,
                     des rires                                                       il me plaît,
                                                                                                je lui plaît,
                                                                                                    nous nous plaisons

                   On se voit
                        Quand ?
                           Ce soir.                                        Pourquoi pas.
                                                                                               Pour prendre un verre,                          
    Pour faire connaissance 
             Et plus si affinité...

               Un rendez-vous
    On se trouve
    on se retrouve
    Une rue         
    Un pub anglais
    Des fauteuils confortables 
                On  se découvre
                       paroles échangées
                                    librement
                                                             sans limites ni retenue                                                                           
                Lui                                                                                  Travail
                   Moi                                                                                    Famille
                      Eux                                                                                      Patrie    
                         Nous                                                                                      Et caetera
                             Ils....

    sa main qui cherche la mienne
                     ma main qui trouve la sienne                                                                  son sourire                   
                                                                                                                           son regard  
                                                                                                     ses grands yeux noirs
                                                                                        la sensualité de ses lèvres
                                                                        qui appellent les miennes
                                                             la douceur de ses baisers
               il me plaît, 
                         je lui plaît, 
                                 nous nous plaisons
                                                   énormément

                                                                                                Besoin d'un refuge
                                                                                                          Silence d'une chambre

    des corps qui s'enlacent
                                                                             sa peau contre la mienne
                                                                                                tendresse infinie 
    temps suspendu                                                                                                            
    Parfum de gel douche
                               il se rhabille
                                         il part                                                      Promesse d'une prochaine fois
            On s'appelle
                      A bientôt
                                   Espoir
    Vide
    Solitude

                                                            Le compte a rebours a commencé.
    Lui, il va me faire très mal...

    25 commentaires:

    1. Un vide plein de vie d'après....

      RépondreSupprimer
    2. Et je ne vois pas comment mieux raconter cela.
      Il y a de l'Apollinaire en toi !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Cela fait très longtemps que je n'avais pas écrit de la sorte. Dans le contexte qui est celui de ce billet, trop de mots tuent les mots. Je voulais des impressions plus que des phrases. La forme s'est imposée d'elle même. Et oui, la découverte de Alcools en classe de première (1994 !) fut l'un de mes rares chocs littéraires.

        Supprimer
    3. c'est très beau ce que tu écrit là, bises et bonne journée

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. La journée sera bonne, malgré cette douce mélancolie qui m'embrume un peu l'esprit.
        Des bises !

        Supprimer
    4. Comme Orphéus, on dirait un calligramme d'Apollinaire ton post. Très beau dedans et dehors. :D

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci. C'est un peu l'idée, mais sans la recherche d'une forme déterminée. J'ai essayé de faire en sorte que les mots se répondent. Comme si on lisait un texte à travers des persiennes.

        Supprimer
    5. C'est beau et triste à la fois, mais j'ai envie de te dire : foin de la douleur qui s'annonce, profite des instants à vivre entre-temps ! Et plutôt que de penser au mal qu'il pourra te faire, pense au bien qu'il peut te faire hic et nunc !
      Un bisou.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. On verra bien ce qu'il va se passer. Ce matin on s'est écrit, on va se revoir. Ce sera une jolie romance, une histoire éphémère, un peu comme celle que j'ai connue il y a un peu plus de deux ans et que je narrais ici et ici... et dont je me souviens encore.

        Supprimer
    6. Magnifique billet. Il faut bien qu'une histoire commence par quelque chose et cela me semble un bon début.
      Pour la fin un peu négative, j'ai envie de citer la dernière phrase de ton précédent billet (Le vieux marchand"): "Les gens seront avec toi comme tu le seras avec eux". Sois optimiste, tu le mérites amplement.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Pour la fin je tiens simplement à rappeler que, dans deux mois, lui restera ici tandis que je m'en retournerai là-bas...

        Supprimer
      2. "...l'eau verte du canal du midi...et la brique rouge des Minimes... ô mon païs..."
        Des Bises...
        :)

        Supprimer
      3. Oups.....oui c'est vrai j'ai un peu sous estimé ce détail spatio-temporel. On est quand même heureux pour toi (et peut être aussi un peu jaloux). :-D

        Supprimer
    7. C'est plein de douceur et de romantisme.
      Pour l'avenir, n'anticipe pas. Laisse toi porter par les instants présents.
      Et puis un argentin à Toulouse cela ferait un joli titre de roman :)

      RépondreSupprimer
    8. C'est simplement beau.

      Comme d'habitude
      ...

      RépondreSupprimer
    9. Très original l'architecture de la note :)
      J'ai envide demander pourquoi éphémère bien que j'ai déjà la réponse mais c'est mon coté utopiste qui ressort.
      Alors profite jeune homme, profite :)

      RépondreSupprimer
    10. J'aime beaucoup. Je comprends
      Meilleurs vœux pour 2013 (car la vie continue).
      Amitiés

      RépondreSupprimer
    11. Ton poème est vraiment très beau, on le lit comme une voix qui résonnerait dans notre tête. On ne voudrait en retenir que l'essence et pourtant on s'attache à l'auteur et à la lecture des commentaires, on lui souhaite de retrouver cet amour fugitif et de profiter des rares instants que vous vous offrirez !

      RépondreSupprimer
    12. haha ! Mais c'est dommage pour le compte à rebours. Des fois c'est le mieux. Juste une nuit.

      RépondreSupprimer
    13. T'es limite quand même ! je m'explique sublissime billet on voit, non on ressent, je sais pas , en fait t'a pris un pied pas possible et tu sais quoi, on est heureux pour toi, car t'es un mec bien. Profite du moment.........

      RépondreSupprimer
    14. Vis le présent, surtout quand il te fait des cadeaux comme celui-ci que tu as bien joliment partagé avec nous.
      Des bises

      RépondreSupprimer
    15. Qui sait?
      Mais même si c'est limité dans le temps,il te restera le souvenir de ces moments de tendresse infinie. ^^

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !